Parc National du Mercantour - Mairie Isola
97
page-template-default,page,page-id-97,page-child,parent-pageid-95,cookies-not-set,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-13.7,qode-theme-bridge,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.5,vc_responsive

Parc National du Mercantour

Parc National du Mercantour

Parc National du Mercantour: www.mercantour.eu

 

Le Parc National du Mercantour, des Monts et des Merveilles

 

Créé en 1979, c’est un véritable espace symbole de ce haut pays de montagnes et de vallées. Depuis plusieurs millénaires, l’homme et la nature ont façonné des paysages merveilleux. En s’y promenant, vous pourrez découvrir l’importance et l’imbrication des activités pastorales et forestières qui caractérisent cet espace, ainsi que la place particulière que tient le mélèze, l’arbre symbole de ce pays, qui a toujours fait bon ménage avec l’homme et ses usages traditionnels.

En 1987, le jumelage avec le Parc italien Alpi Marittime réunit les deux principaux sommets du Mercantour et de l’Argentera dans un même territoire de gestion et acquiert ainsi une dimension européenne. La plus haute cime de ce massif prestigieux, l’Argentera en Italie, culmine à 3297 mètres. En France nous avons la cime du Gélas à 3143 mètres.

Une richesse floristique unique en Europe

C’est le seul parc national français de montagne où l’on retrouve tous les étages de végétation ; depuis la végétation méditerranéenne : chêne vert, olivier, ostrya, jusqu’aux landes à rhododendrons et aux pelouses alpines au-dessus de 2500 m, en passant par les forêts de sapins, épicéas, pins à crochets, pins cembros et surtout mélèzes. Sur les 4200 espèces de plantes connues en France, près de 2000 sont représentées dans le Parc, dont une quarantaine d’espèces endémiques (que l’on ne trouve nulle part ailleurs). Au printemps, c’est une véritable symphonie de couleurs.

Une faune sauvage abondante et diversifiée

Six grands ongulés cohabitent dans le Parc national du Mercantour. Les plus célèbres : le chamois, le bouquetin et le mouflon ; dans les milieux boisés le cerf et le chevreuil et, fréquentant indifféremment tous types de terrains, le sanglier. Le loup a effectué un retour naturel dans la région depuis l’Italie. Il revient en France après plus de 50 ans d’absence.

La diversité des milieux favorise la présence d’autres mammifères de taille plus modeste : la marmotte, le lièvre variable, l’hermine, les chauves-souris… et tant d’autres.

L’avifaune est composée de très nombreuses espèces d’oiseaux : tétras-lyre, lagopède, perdrix bartavelle… Sans oublier les rapaces au vol majestueux : cricaète, aigle royal, buses… et depuis 1993 le gypaète barbu qui a fait l’objet d’opérations de réintroduction.

Les insectes sont étonnants car ils revêtent ici des couleurs nettement plus vives qu’ailleurs.

Un héritage culturel extraordinaire

La vallée des Merveilles, prodigieux santuaire de la préhistoire, possède le plus riche ensemble de gravures rupestres à l’air libre d’Europe : sur 12 km² se regroupent autour du mont Bégo, plus de 30 000 gravures datant de l’Age du Bronze (entre 1800 et 1500 ans avant notre ère). L’ensemble du site des Merveilles (la vallée des Merveilles et le cirque de Fontanalbe) est classé monument historique.

 

Mais attention, le parc national est un territoire naturel fragile. Il est ouvert à tous mais soumis à une règlementation qui relève d’un code de bonne conduite.

  • pas de chiens, même tenus en laisse
  • ni cueillette, ni prélèvement
  • pas d’arme
  • pas de déchets
  • pas de feu
  • pas de camping
  • bivouac règlementé
  • pas de véhicule
  • ni bruit, ni dérangement
  • pas de parapente ou autres sports aériens.